jeudi 13 janvier 2011

Montée de lait: les tags et graffitis dans le Sud-Ouest

Source: Ville de Montréal
Je vais me permettre une montée de lait sur la situation des tags et des graffitis dans l'arrondissement Sud-Ouest, où la situation me semble être hors de contrôle. Dans Ville-Émard et Côte-Saint-Paul, même les bâtiments résidentiels sont attaqués par les vandales à l'aérosol. C'est honteux! Les rues Jolicoeur et Allard sont particulièrement affectées: pas un mur ne semble avoir été épargné: on se croirait dans le Bronx dans les années 80! Je vous jure, je n'exagère même pas.   C'est malpropre, sinistre et ça nuit au sentiment de sécurité.

Si au moins ces pôvres imcompris de la société avaient un peu de talent artistique, on se plaindrait moins: mais ils semblent malheureusement avoir arrêté le développement de leurs compétences en dessin à 3 ans. Leur but n'est pas l'expression artistique de leurs émotions, loin de là. Leurs gribouillages incohérents sont davantage assimilables à l'animal qui délimite son territoire avec son urine...

Benoit Dorais, maire de l'arrondissement Sud-Ouest: si par un heureux hasard vous me lisez, de grâce, faites un Rudolph Giuliani de vous et déclarez la guerre aux tags et aux graffitis.  Quelques suggestions:
  • Enlevez-les le plus rapidement possible, ou aidez les citoyens à de faire, de façon à décourager les voyous
  • Instaurez un programme de plantation de vignes grimpantes, afin de limiter le nombre de surfaces exposées  
  • Augmentez les amendes, faites payer le nettoyage à ceux qui se font prendre (où mieux, qu'ils suent à la tâche eux mêmes!)  
  • Instaurez un règlement comme à New York, où le simple fait de se promener dans un lieu public avec des outils de tagueurs et l'intention de s'en servir pour bomber un mur ou un trottoir est punissable


Ajout 2011-01-14


Le maire de l'arrondissement Sud-Ouest, Benoit Dorais, a répondu à mon billet, dans la section des commentaires.  Je suis heureux de constater qu'on s'entend sur l'ampleur qu'a pris le problème des tags et graffitis.  Pour donner plus de visibilité à sa réplique, je me permet de la copier ici:

Benoit Dorais, maire du Sud-Ouest a dit…

Bonjour messieurs !

Tout d'abord, je suis parfaitement d'accord avec vous sur cette problématique des tags et graffitis : c'est intolérable, laid et ça nuit au sentiment de sécurité ! Et ce n'est pas nouveau. Habitant le Sud-Ouest depuis ma naissance, je peux dire que nous en avons tjrs eu, mais là c'est pire.

Ensuite, plusieurs des solutions que vous suggérez existent déjà, comme l'aide apportée aux citoyens pour les retirer (avec prêt d'équipement gratuit chez Tandem Sud-Ouest/Prévention Sud-Ouest, et la solution des vignes grimpantes disponibles depuis mai 2010. Il existe également une collaboration avec la SDC Monk pour les commerçants, mais peu s'en prévalent.

Néanmoins, il faut accélérer ou accroître les mesures pour endiguer le problème. À cet effet, l'arrondissement prépare un nouveau règlement depuis le début du mandat, mais la Ville centre nous demande plutôt d'attendre la venue d'un nouveau règlement unifié, grandeur ville. Nous sommes donc en attente des résultats de la consultation publique sur la propreté de 2010 afin de mettre de l'avant des mesures réglementaires.

Comme citoyen du Sud-Ouest, sachez que j'ai moi aussi très hâte de vivre dans un milieu exempt ou présentant nettement moins de graffitis/tags.

Au plaisir et surveillez 2011 !

Le maire du Sud-Ouest,

Benoit Dorais

8 commentaires:

  1. Merci de votre post. Je suis résident du quartier Côte Saint-Paul et je suis entièrement d'accord avec vos positions. J'en ai marre.

    Pour ce qui est des solutions, je serais peut-être encore plus radical, mais bon...

    RépondreSupprimer
  2. Benoit Dorais, maire du Sud-Ouest14 janvier 2011 08:33

    Bonjour messieurs !

    Tout d'abord, je suis parfaitement d'accord avec vous sur cette problématique des tags et graffitis : c'est intolérable, laid et ça nuit au sentiment de sécurité ! Et ce n'est pas nouveau. Habitant le Sud-Ouest depuis ma naissance, je peux dire que nous en avons tjrs eu, mais là c'est pire.

    Ensuite, plusieurs des solutions que vous suggérez existent déjà, comme l'aide apportée aux citoyens pour les retirer (avec prêt d'équipement gratuit chez Tandem Sud-Ouest/Prévention Sud-Ouest, et la solution des vignes grimpantes disponibles depuis mai 2010. Il existe également une collaboration avec la SDC Monk pour les commerçants, mais peu s'en prévalent.

    Néanmoins, il faut accélérer ou accroître les mesures pour endiguer le problème. À cet effet, l'arrondissement prépare un nouveau règlement depuis le début du mandat, mais la Ville centre nous demande plutôt d'attendre la venue d'un nouveau règlement unifié, grandeur ville. Nous sommes donc en attente des résultats de la consultation publique sur la propreté de 2010 afin de mettre de l'avant des mesures réglementaires.

    Comme citoyen du Sud-Ouest, sachez que j'ai moi aussi très hâte de vivre dans un milieu exempt ou présentant nettement moins de graffitis/tags.

    Au plaisir et surveillez 2011 !

    Le maire du Sud-Ouest,

    Benoit Dorais

    RépondreSupprimer
  3. En toute collaboration et point de vue sur ce dossier avec le maire d'arrondissement.

    Daniel Bélanger, conseiller de la Ville
    District Émard-St-Paul

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour!

    En tant que nouvelle propriétaire d'un condo de la rue Hamilton, je suis extrêmement soulagée de constater que ce problème majeur soit pris au sérieux par les résidents de l'arrondissement et par nos élus. Le Sud-Ouest est un quartier fantastique offrant de nombreux avantages, mais ces graffitis le défigure et lui confère une réputation qui n'a pas lieu d'être.

    Je suivrai les développements de dossier avec grand intérêt!

    Au plaisir,

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour je suis résidant propriétaire dans le quartier Saint-Henri depuis plus de 10 ans... je l'adorais mon quartier... mais là je me promène en regardant par-terre. J'ai été voir les gens de TANDEM à la Ville de Montréal, la gentille dame m'a dit que TOUS les graffitis de la rue Notre-Dame avais été enlevés et qu'elle avais tous ca dans son ordinateur. ouch ! J'ai traversé la rue pour aller voir les policiers du Quartier, le gentil polcier m'a dit qu'ils (les policiers) les connaissaient tous mais qu'ils ne pouvaient rien faire contre eux, et il en rajoute, et si tu te fais graffité ton mur, enlève le surtout pas, sinon tu pourrais te mettre dans le trouble. Re-ouch !

    Si c'est pris sérieusement par nos élus comment ca se fait que ceux qui sont supposé défendre nos biens et ceux qui sont supposé nous aider pour lutter contre les graffitis nous servent de tels réponses, j'aimerais une réponse de votre par Monsieur Dorais !

    Merci ! Dany caouette

    RépondreSupprimer
  6. C'est une vrai joke !!! Il y a rien qui est fait, pas de mesures, c'est juste notre argent qui s'en va sur la fenêtre !!! Allez voir autour du Metro au coin Saint-Donat et la rue Notre Dame .

    RépondreSupprimer
  7. Exacte, mon nom est Dany Caeoutte, et je vient de recevoir une lettre de Monsieur Normand Proulx, directeur de l'aménagement urbain du Sud-Ouest de Montréal qui me dit dans sa lettre : ''accorder beaucoup d'importance à la préservation du cachet de notre quartier''....wow...c'est parce que si vous accordez autant d'importance au cachet du quartier ....et ca,au point de nous faire miroiter des amendes si on ne respecte pas les règles de l'art... comment se fait-il que le quartier est si atrocement graffité autant que ca. Si vou aviez autant à coeur notre quartier Monsieur Proulx, vous vous préoccuperiez de la pollution graffitique, au lieu de nous, nous menacer , propriétaires citoyens qui ont été augmenté de près de 50% en taxes depuis 3 ans. Si dans les faits vous ne faite rien pour notre quartier M.Proulx, de grâce abstenez vous de nous envoyer vos lettre ridicules ... c'est un minimum !!! Rire du monde ... ok... mais y'a des limites... non !!!

    RépondreSupprimer
  8. Et oui c'est encore moi, Dany Caouette ! Hier M. Dutriza le Maire Tremblay sur ses ondes pour lui parler des graffitis sur l'ile. Je m'attendais à un sentiment de révolte, à des solutions éprouvés dans d'autre ville... mais non ! Il a persisté à dire, malgré le très grand septiscisme de M.Dutrizac, que les graffitis sur l'ïle de Montréal avais diminuer de 20 % !!! J'imagine qu'il se fit au statistique du groupe Tamden qui dit qu'il n'y plus aucun graffitis sur la rue Notre-Dame ! Faudrais peut-être lui suggérer de prendre son auto et de se promener dans la ville qui l'a élu, juste pour qu'il voit si les statistiques qu'il reçoit sur son bureau correspondent à la réalité !!!

    RépondreSupprimer